mardi 15 décembre 2015

TRAUMA KIT - l'Urgence Médicale



Qu'il soit question d'un accident de la route, d'un accident au stand de tir ou a la chasse, d'un accident au domicile, d'un accident en milieu naturel ou d'un accident du travail…apprendre les gestes de premiers secours et avoir sous la main un matériel médical simple, efficace et capable de sauver une vie me parait indissociable de nos stratégies de résilience.

Les attaques terroristes récentes confirment l'importance de l'univers "médecine", l'importance de pouvoir agir et intelligemment participer a la bienveillance collective en apportant un soutien médical aux victimes: le citoyen est toujours aux premières lignes.



Si l'univers de la protection personnelle dans sa globalité doit être une conversation familiale essentielle aujourd'hui, la partie médicale devrait intégrer nos "boites a outils" pour optimiser notre champs d'action: Formations + Matériel.

Ce que nous appelons "TRAUMA KIT" est un module médical ultra spécialisé et minimaliste. La nature du TRAUMA KIT est avant tout de l'urgence, et donc de pouvoir gérer une blessure mortelle le plus rapidement et efficacement possible, pour donner a la victime le temps nécessaire d'être transportée et prise en charge par une équipe professionnelle en hôpital.

Ces situations sont calculées en SECONDES !!!



Le matériel intégré a un TRAUMA KIT peut légèrement varier selon l'expérience médicale du porteur ou l'environnement visité par exemple, mais d'une manière générale, ce module est plutôt stable et se concentre principalement sur les hémorragies et les pneumothorax.

Pour les pneumothorax, les TRAUMA KIT intègrent le plus souvent un pansement "occlusif" pour pouvoir immédiatement stabiliser la victime. Si sur le terrain et faute de mieux il est possible d'utiliser une barrière en plastique comme par exemple deux bouts de sac congélateur sécurisés avec du Duct Tape, d'excellents pansements occlusifs sont aujourd'hui intégrés aux TRAUMA KIT pour simplifier et accélérer le déploiement et la mise en place du pansement.



Ces pansements sont prioritaires surtout lors de blessures par balle au thorax et viennent par deux (un trou devant / un trou derrière). Les deux pansements occlusifs recommandés par le TCCC et les plus utilisés sont:
- HALO SEALS
- FOX SEAL

Pour les hémorragies, trois grands groupes d'outils sont intégrés au TRAUMA KIT:

1. Les pansements compressifs.
2. Les outils hémostatiques.
3. Les garrots.

Une hémorragie a l'artère fémorale par exemple, ne peut pas être contrôlée par la mise en place d'un garrot. Une hémorragie causée par un membre arraché ne peut pas être contrôlée par la mise en place d'une simple éponge hémostatique…etc.

Chaque outil a donc une application précise, mais tous ont le même rôle: stopper une hémorragie jusqu’à ce que la victime soit prise en charge en hôpital. Les hémorragies peuvent être spectaculaires, et la victime peut succomber a sa blessure extrêmement rapidement: sous 90 secondes.



Face a ce type de situation, chaque seconde compte et attendre une équipe spécialisée ne serait-ce que quelques minutes n'est malheureusement pas une option.

Il y a quelques années un petit garçon de 10 ans faisait de la luge sur une colline de ma ville. Durant une glissade, il a voulu épater ses copains et glisser le plus loin possible. En bas de la colline, il est rentré dans un sapin a pleine vitesse et s'est perforé l'artère fémorale sur une branche. Les adultes témoins se sont aperçu trop tard de l'hémorragie et n'ont pas pu le sauver…la colline est a 3 minutes en voiture de l'hôpital.

Désolé pour l'exemple ultra morbide et triste pour servir d'électrochoc, mais ce type d'accident est quotidien, et ne devrait pas être synonyme ni d'impuissance ni de fatalité !

Considérons maintenant une situation de rupture de la normalité comme nous l'avons vu a New York avec l'ouragan Sandy par exemple. Une multitude de blessures graves ont été observées juste après le passage de Sandy. Ces blessures graves sont apparues quand des citoyens voulant dégager les routes locales pour rétablir la libre circulation des équipes d'intervention se sont gravement blessés avec leurs tronçonneuses et leurs haches.



Imaginez "papa" qui se coupe une jambe avec la tronçonneuse familiale quand les téléphones ne marchent pas, quand les routes sont bloquées empêchant les équipes d'interventions de vous venir en aide, et quand les hôpitaux locaux sont fermés !




Personnellement, j'ai plusieurs TRAUMA KIT.
En plus d'une trousse de premiers soins, j'ai toujours un TRAUMA KIT complet en EDC. Ce TRAUMA KIT est minimaliste dans sa composition, mais il contient la totalité des éléments capables de gérer une blessure grave.

- En tant que charpentier, j'ai passé ces 20 dernières années sur des chantiers, parfois loin d'un hôpital, avec des scies circulaires, des scies alternatives, des tronçonneuses, des raboteuses et des toupies !

- En tant que tireur sportif, j'ai passé ces 20 dernières années sur des pas de tir, parfois avec des gens mal formés ou inattentifs !

- En tant que chasseur, campeur, pêcheur, randonneur…je ne peux imaginer partir seul ou en groupe en milieu naturel, a des heures du premier hôpital, a des heures du premier téléphone, sans un TRAUMA KIT !

- En tant que citoyen du monde, j'ai été le témoin d'accidents graves, de confrontations physiques lourdes et plus généralement de situations ou la présence d'un TRAUMA KIT aurait, dans l'immédiat, fait toute la différence…

En plus d'un TRAUMA KIT en EDC, j'ai aussi un TRAUMA KIT un peu plus lourd dédié a la voiture pour gérer les accidents de la route, et un TRAUMA KIT familiale au domicile qui intègre mes stratégies de défense du domicile: Si j'ai un truc qui "fait des trous" sur la table de nuit…je veux aussi avoir un truc qui "bouche les trous" a portée de main.

De ma fenêtre, toute personne qui possède ou porte une arme a feu devrait aussi posséder et porter un TRAUMA KIT. Une fusillade exprime un échange de tir DANS LES DEUX SENS.



Note: La plupart des écoles de tir de défense américaines insistent lourdement sur l'univers médical et la mise en place d'un TRAUMA KIT individuel. Dans une situation de tir de défense au domicile par exemple, ou le criminel est stoppé et blessé, le citoyen est, si sa vie n'est plus en danger, fortement encouragé a intervenir médicalement. Cette étape est largement prise en compte par les autorités et le système juridique.

Si dans l'action c'est vous (ou un proche) qui êtes blessés, être capable de s'auto-stabiliser est primordial. Dans ce sens, les mêmes écoles de tir de défense intègrent souvent le déploiement d'un TRAUMA KIT durant l'instruction.




Mon TRAUMA KIT-EDC s'organise de la manière suivante:


1 >  1 Pansement occlusif [ FOXSEAL ]
2 >  1 Garrot [ SOF Tactical Tourniquet - WIDE ]
3 >  1 paire de Trauma Sheers
4 >  1 Pansement compressif 4" [ Israeli ]
5 >  1 rouleau de DUCT TAPE [ 1m20 ]
6 >  1 paire de gant Nitrile
7 >  1 Sharpie
8 >  1 éponge hémostatique [ QuikClot ]

Ce TRAUMA KIT est contenu dans un sac en plastique sous vide avec un bout d'adhésif rouge pour pouvoir le déployer rapidement et facilement.





Si le TRAUMA KIT fait une nouvelle apparition sur ce blog, c'est que je passe la plupart de mon temps a recevoir des photos de flingues et répondre a une multitude de questions concernant la défense personnelle et les armes a feu, mais je ne vois jamais rien sur les TRAUMA KIT !

Vous avez une voiture, une moto…vous prenez le train, le bus, le métro ?
>> TRAUMA KIT

Vous avez une arme a la maison ?
>> TRAUMA KIT

Vous êtes tireur sportif ?
>> TRAUMA KIT

Vous allez a la chasse ?
>> TRAUMA KIT

Vous avez une tronçonneuse dans le garage ? 
>> TRAUMA KIT

Vous répondez présent quand le pire arrive ?
>> TRAUMA KIT



lundi 7 décembre 2015

Le Citoyen Armé - 003


Tous les jours aux Etats Unis, des citoyens armés interviennent sur le terrain. Ces interventions citoyennes, systématiquement écartées des études et statistiques liées a la criminalité, ne sont jamais relayées par les médias de masse.


Ces citoyens sont vous et moi.




Des dizaines de personnes terrorisées commencent a paniquer quand un homme visiblement enragé fait irruption dans un centre médical de Colorado Spring - Colorado, et commence a menacer plusieurs otages avec une arme a feu.

Jeff Ferguson, un chirurgien du centre médical, décide d'agir et dégaine alors son arme de poing pour sécuriser un couloir donnant sur une sortie de secours, permettant a plus de 50 personnes de s'enfuir.

"C'était le chaos…" raconte Dr. Ferguson, "et j'étais prêt a tirer si le forcené ouvrait la porte qui donnait sur ce couloir."

Une fois dehors, Dr. Ferguson donne des informations précieuses a l'équipe d'intervention du SWAT sur l'agencement du centre médical et le forcené.

Malgré les négociations pour que Dominic Olivier relâche les otages, il est abattu par les forces de l'ordre. Aucun citoyen n'est tué ou blessé durant l'assaut.

vendredi 4 décembre 2015

Réagir en cas d’attaque terroriste


A la suite des attentats du 13 novembre 2015, le gouvernement français lance [ enfin ] une campagne de sensibilisation pour mieux préparer et protéger les citoyens face à la menace terroriste. L’affiche "réagir en cas d’attaque terroriste" donne des instructions pratiques qui s'articulent autour du triptyque: "s’échapper, se cacher, alerter".



Notons que les instructions d'origine, développées par les autorités américaines, s'organisent sur la triptyque: "s'échapper, se cacher, se battre".

Plusieurs événements dramatiques ont démontré que quand bien même s'échapper et se cacher sont des solutions idéales face a un individu ou un groupe d'individus armés et décidés, ces stratégies de défense passive ne peuvent prétendre préparer et protéger les citoyens face a une menace direct et immédiate, lorsque par exemple les meurtriers découvrent notre cachette et s'y introduisent par la force !

S'échapper n'est pas toujours possible ou viable.
Se cacher n'est pas toujours possible, durable ou viable.

Ce refus catégorique d'explorer publiquement des stratégies de défense active est insupportable, et laisse entrevoir un manque total de maturité. Nous restons ici appliqués a refuser les réalités ambiantes au travers de petits dessins colorés: nous restons des enfants aux yeux de nos dirigeants.

Si il est question de donner des outils intelligents et efficaces pour mieux préparer et protéger les citoyens face a une menace terroriste dynamique, alors il me parait essentiel d'élargir le champs d'action citoyen a des stratégies de combat.

S'échapper puis alerter.
Se cacher.
Et en dernier recours...Se battre !




samedi 21 novembre 2015

Le Citoyen Armé - 002


Tous les jours aux Etats Unis, des citoyens armés interviennent sur le terrain. Ces interventions citoyennes, systématiquement écartées des études et statistiques liées a la criminalité, ne sont jamais relayées par les médias de masse.

Ces citoyens sont vous et moi.




Dale Vigliarolo et son épouse s'apprêtent a rentrer dans un supermarché de Royal Oak - Michigan, quand ils aperçoivent sur le parking David Shuten (43 ans), brandissant un large couteau de cuisine. Apres une tentative infructueuse de s'introduire par force dans un véhicule, Shuten se dirige vers un couple avec un enfant en bas âge.

Alors que Shuten approche la famille, Vigliarolo prend la décision d'intervenir et présente son .38 SPL ordonnant Shuten de lâcher son arme.

Shuten lâche immédiatement son couteau et se met a terre. Vigliarolo le tient en joue jusqu'a l'arrivée de la police. 


Shuten est transporté par la police a l'hôpital le plus proche pour une évaluation psychiatrique.

jeudi 19 novembre 2015

Le Citoyen Armé - 001


Tous les jours aux Etats Unis, des citoyens armés interviennent sur le terrain. Ces interventions citoyennes, systématiquement écartées des études et statistiques liées a la criminalité, ne sont jamais relayées par les médias de masse.

Ces citoyens sont vous et moi.




Un homme armé entre dans une supérette de Rockdale County - Georgie, et commence a tirer sur la foule, abattant dans l'instant deux personnes.

Todd Scott, un citoyen armé et présent dans le magasin, sort son arme et riposte...faisant fuir le criminel.

Apres sa fuite, le criminel se retranche chez lui, et abat ses parents avant d'être neutralisé par les forces de l'ordre.

Relatant l'événement, Todd Scott raconte: "Dans l'instant, je me suis dit que si ce gars était capable de tuer deux personnes comme ça, il est capable de tuer tout le monde dans le magasin. Alors je me suis levé et j'ai tiré."

Le Shérif local, Eric Levett, s'est immédiatement exprimé sur la situation: "il ne semble pas que le criminel se soit soucié de son acte jusqu'a ce que quelqu'un commence a riposter…Je considère Scott comme un héros, parce que même si nous avons eu deux fatalités dans le magasin, il a sauvé des vies de part son action."


Todd Scott rajoute: "Je ne suis pas un héros. J'ai juste fait ce qu'il me semblait juste de faire. J'espère que j'ai sauvé des vies…Et je n'allais définitivement pas rester couché au sol et attendre de me faire tuer."

mardi 17 novembre 2015

Légitime Défense - Les 6 propositions du CRSI


Invité à s’exprimer devant la convention des Républicains sur la sécurité le mardi 3 novembre 2015, Thibault de Montbrial, Avocat au Barreau de Paris et Président du CRSI (Centre de Réflexion sur la Sécurité Intérieure) a formulé six propositions pour faire adapter le droit de la légitime défense aux réalités d’aujourd’hui: augmentation considérable de la délinquance violente et menaces terroristes aigües après les différentes attaques qui ont frappé notre pays depuis le début de l’année 2015: Charlie, hyper cascher, Villejuif, Thalys, attaques du 13 novembre…


I - PROPOSITIONS ORGANISATIONNELLES (propositions 1, 2 et 3)

Proposition 1 - Autoriser le port permanent de l’arme 24h/24 et 7j/7 pour les personnes habilitées.


Les retours d’expériences des différentes attaques terroristes commises à l’arme automatique dans des lieux publics à travers le monde, démontrent que plus rapide est la riposte, moins élevée est le nombre de victimes. Dans cet esprit, il faut réfléchir aux conditions dans lesquelles la présence de personnes habilitées à être armées dans les lieux publics pourrait être augmentée.

Autoriser les personnels habilités au port d’une arme, qu’il s’agisse de fonctionnaires (policiers, gendarmes, douaniers, certains militaires…) ou de civils habilités à être armés, à porter leur arme sur eux en permanence, même hors service, augmenterait mécaniquement de plusieurs  milliers le nombre de personnes circulant dans les lieux publics en France (transports en communs, galeries commerciales, restaurants, cinémas, etc…) susceptibles de riposter en temps réel à une attaque terroriste.


Proposition 2 - Augmenter les capacités opérationnelles (équipement et entraînement) des unités de sécurité publique primo intervenantes sur les scènes d’attentat.

Les forces de l’ordre primo-intervenantes sur une scène d’attentat sont nécessairement celles affectées à la sécurité publique, puisque ce sont elles qui patrouillent dans les rues. Or ces unités ne disposent évidemment pas du matériel ni de l’entraînement des services d’intervention spécialisés.

Il est donc nécessaire de renforcer les capacités opérationnelles de ces primo-intervenants: dotation d’une arme longue par véhicule, augmentation de la performance des protections balistiques, entraînement adéquat.


Proposition 3 - Déléguer la protection de lieux sensibles à des sociétés privées agréés pour en armer les agents.

La protection de sites sensibles, dont les zones industrielles classées SEVESO, pourrait utilement être déléguée à des sociétés privées dont les personnels expérimentés (composés d’anciens policiers ou militaires par exemple), seraient agréés par l’État pour être armés. 

Ainsi, l’objectif de sécurisation efficace des sites sensibles serait atteint, tout en permettant à l’État de récupérer ses forces vives (policiers, gendarmes ou militaires) pour les réaffecter à leurs missions d’origines.


II - PROPOSITION OPÉRATIONNELLE POUR LES FORCES DE L’ORDRE (proposition 4)

Proposition 4 - Créer une « Période de Danger Absolu » (PDA) élargissant les conditions juridiques du droit d’ouverture de feu par les forces de l’ordre en cas d’attaque terroriste dans un lieu public.

Il s’agit de permettre aux forces de l’ordre d’optimiser leurs options tactiques (tirs d’interdiction ou de fixation par exemple) pour faire face à une fusillade dans un lieu public.

La « Période de Danger Absolu » pourrait être déterminée en fonction d’éléments objectifs (tel que la présence d’une arme de guerre entre les mains du ou des assaillants) et/ou être autorisée par une autorité sur les ondes; elle prendrait fin par déclaration de l’autorité sur les ondes à l’issue du déroulement de l’acte terroriste considéré. 

Toute éventuelle contestation de la légitimité du recours à la PDA serait naturellement soumise au contrôle d’un juge à postériori.


III - PROPOSITIONS GENERALES (propositions 5 et 6)

Proposition 5 - Créer une présomption de légitime défense permanente dans les lieux d’habitation.

Il existe actuellement une présomption de légitime défense pour la défense des lieux habités prévue par l’article L.122-6 alinéa 1 du Code Pénal.  Mais elle se limite à l’hypothèse d’une entrée par effraction et de nuit dans les lieux habités; de surcroît, elle est en pratique quasiment vidée de sa substance par une jurisprudence très restrictive.

Le domicile se doit d’être un sanctuaire et il n’est pas acceptable que la légalité de l’acte de défense d’un citoyen à son domicile soit subordonnée à la nature de l’agression qu’il subit: comment savoir si des intrus viennent uniquement s’en prendre aux biens ("pas de crime") ou s’ils vont également violer une occupante et/ou torturer le titulaire d’une carte bancaire pour en obtenir le code (crime) ? 

Il va de soi que, quelle que soit la nature de l’intrusion (violence, ruse ou effraction) et l’heure de sa commission, l’acte de défense de l’habitant doit être présumé légitime, avant même de connaître les intentions réelles de l’auteur de l’intrusion.


Proposition 6 - Adapter en droit français la notion d’état excusable de saisissement causée par une attaque si la riposte de celui qui s’est défendu est disproportionnée.

En l’état de la jurisprudence, la légitime défense suppose la réalisation d’un acte de défense strictement proportionné à l’agression. Or ce critère de proportionnalité exige de celui qui est attaqué une totale maîtrise de ses émotions. 

C’est en pratique irréaliste: on exige de celui qui vaquait tranquillement à ses occupations et qui se retrouve soudain exposé à un risque de mort imminente, d’avoir la lucidité et la vertu de contrôler des émotions extrêmes, alors qu’il se retrouve face à un délinquant qui a le triple avantage stratégique du choix du lieu, du moment et des moyens de son agression.

Dans ces conditions, la loi doit permettre au juge d’apprécier si le caractère éventuellement disproportionné d’une riposte a pu être causé par l’effroi dont la victime de l’attaque a été saisi, et ce afin de lui permettre d’en tirer les conséquences sur la peine.

À cet égard, l’article 16-2 du code pénal Suisse permet au juge de dispenser de peine l’auteur des violences de défense si leur excès éventuel a pu être causé par « un état excusable d’excitation ou de saisissement causé par l’attaque ».

vendredi 13 novembre 2015

Attaques a Paris


Il est toujours délicat de réagir et de commenter a chaud les situations tragiques. Dégoût, colère, frustration, tristesse…c'est une soupe interne difficile a maitriser.

Bien sur, en moi, une partie réactive me veut solidaire du raz de marrée émotionnel. J'ai soudainement le besoin intestinal de m'enfoncer dans la facilité des courants, et me laisser aller aux superficialités de comptoir, en régurgitant les évidences politiques et sociologiques ambiantes…

A quoi bon rajouter du bruit la ou il est déjà impossible de s'entendre tellement les hurlements dominent le présent.

Si mon intention première a toujours été d'injecter, parfois tendrement, parfois durement, certaines notions de résilience dans les foyers francophones du monde, c'est avant tout parce que j'ai la ferme conviction que la réalité dans laquelle nous baignons est de plus en plus fragile, de plus en plus instable, et que nous, les citoyens du monde moderne, ne sommes pas équipés pour gérer et absorber certains chocs, certaines cassures.

Ces cassures, soit ce que je nomme "ruptures de la normalité", peuvent prendre des formes variées: accident de la route, perte de l'emploi, incendie au domicile, agression, maladie grave, inondation, incident technologique, et parfois terrorisme…

Quelle que soit la cause de cette rupture, directe ou indirecte, lente ou rapide, dense ou superficielle, les citoyens sont toujours aux premières lignes, et bizarrement, ils sont les moins préparés a absorber les chocs.

Les attaques meurtrières a l'arme a feu par quelques individus déterminés ne frapperont jamais les locaux du GIGN ou du RAID (cibles dures).
Les attaques meurtrières a l'arme a feu par quelques individus déterminés, frapperont toujours la population totalement démunie et dépendante d'une certaine force externe pour sa sécurité (cibles molles).

Nous pouvons mettre en place tous les dispositifs de prévention possible, avoir des bataillons entiers de militaires dans nos rues, dans nos restaurants, dans nos transports en commun et dans nos centres commerciaux…il suffira de frapper la ou ils ne sont pas.

Pour gérer et absorber les chocs, il faut durcir le seul dénominateur commun a toute tragédie: le citoyen.

Si les équipes d'intervention ont leur place et leur rôle a jouer, le citoyen doit lui aussi avoir son rôle a jouer puisqu'il est avant tout question de sa propre sécurité, et plus largement de sa vie.

La réalité du terrain est pourtant catégorique. Nous sommes, nous les citoyens modernes, des marins qui prenons la décision d'évoluer en mer sans jamais apprendre a nager: quelqu'un d'autre viendra nous sauver de la noyade si jamais nous tombons a l'eau.

Apprendre a nager ne veut pas dire que nous ne pouvons pas nous noyer ou encore que la mer cesse d'exister…mais simplement que nous optimisons nos chances de survie, et donc, par défaut, les chances de survie de l'équipage tout entier.

Il n'y a malheureusement pas de médicament miracle…ce serait croire par exemple qu'élire un nouveau capitaine, a bâbord ou a tribord, aurait une quelconque influence sur la nature même des mers et des océans, des courants et des événements météorologiques.

Non…il faut apprendre a nager.

Seulement, comment faire revivre un intérêt sincère et entier aux choses primaires, salutaires, quand nous sommes, collectivement, totalement déconnectés de la réalité. 

Comment parler de sécurité personnelle, de réponse stratégique, de stress dynamique, de protection familiale ou plus largement de résilience quand la majorité se révolte systématiquement de l'utilité de porter un simple outil médical comme le tourniquet ? Quand la majorité moque et rejette les simples concepts d'EDC et de BOB ? Quand la majorité s'indigne encore et toujours du fait que défendre sa vie ou la vie d'un proche est un droit naturel, et que la seule chose qui peut stopper un malade avec une arme a feu, est un citoyen responsable avec une arme a feu, qu'il soit flic ou boulanger ?

Nous sommes des marins qui ne veulent pas apprendre a nager…sur une mer déchirée. 

Mes pensées aux victimes. 
Aux équipes d'intervention.
Force et bienveillance.