samedi 2 octobre 2010

Le kit voiture.











L'histoire de la voiture est une histoire d'indépendance paradoxale.
La voiture, nous permet aujourd'hui une certaine liberté quand au déplacement, mais son apport d'indépendance est paradoxale et relatif car elle reste dépendante d'une consommation de carburant, et d'une mécanique de plus en plus complexe.

Même si cette indépendance est relative, la voiture est aujourd'hui un moyen de transport plus ou moins indispensable, et selon le ministère de l'équipement, des transports, de l'aménagement du territoire, du tourisme et de la mer, la France compte environs 30 millions de voitures.

Avec une population Française estimée a un peu moins de 63 millions (janvier 2010), la voiture a donc une présence conséquente dans nos vies, et dans un esprit de préparation, cette sphère routière qui nous trimbale de droite a gauche doit sans doute être approchée avec un certain sérieux.

Le risque associé au transport est énorme. Les accidents de la route tuent 1,3 million de personnes dans le monde chaque année, et en blessent 40 fois plus.
En France métropolitaine, l'année 2005 a vue 4 990 tués et 105 006 blessés selon le bilan provisoire de la sécurité routière.
En 2007, 4 620 tués et 103 201 blessés ont été comptabilisés pour un totale de 81 272 accidents corporels. En 2008, sur 76 767 accidents corporels, 4 443 personnes ont été tuées et 96 905 ont été blessées. Sur cette même année, 2 800 enfants piétons ont été blessés et 35 ont trouvés la mort dans un accident de la circulation.

Selon ces statistiques, le risque associé aux accidents de la route est beaucoup plus important qu'une catastrophe globale telle que l'éruption du Yellowstone par exemple, et cette sphère personnelle devrait nous voir mettre en place certaines préparations.

Puisque nous passons beaucoup de temps dans nos voitures, il n'est pas rare non plus d'être la première personne sur les lieues d'une situation de survie…et il me parait important d'avoir les moyens de venir en aide dans certains cas. 
Un de ces moyens est bien sur de suivre un stage de premiers soins avec la croix rouge par exemple, mais il est important de noter que certaines situations d'urgences sont bien au delà des connaissances médicales que pourrait recevoir un citoyen en quelques cours.

Une autre dimension qui n'est pas forcement de l'urgence médicale s'ajoute cependant a cette sphère, et sans en faire une histoire dramatique, je voudrais ici prendre quelques minutes pour décrire une expérience personnelle qui s'aligne dans le concept, avec notre affaire de transport.

Le 9 octobre 1995, mon ex-femme et moi quittions la Nouvelle Orleans en train (Amtrak Sunset Limited) pour Los Angeles. Le voyage devait durer 2 jours, mais la deuxième nuit, a environs minuit et demi, un énorme choc nous propulsa hors de notre lit.
Le train de 12 wagons et de 2 locomotives qui roulait a plus de 80 km/h déraillait. 
30 minutes plus tôt, je fumais une cigarette dans le couloir avec Mitchell Bates, un homme assez fort qui s'occupait de notre voiture pendant le voyage. Il était de la Nouvelle Orleans, et son sourire était aussi large que son ventre.

Notre wagon sauta les rails juste au dessus d'un pont, et tomba d'environ 10 mètres dans un lit de rivière asséché. Nous étions en Arizona, en plein milieu du désert, et la lune était pleine. Le silence était étrange, et le wagon sur son coté me laissait voir la lune par la fenêtre. L'odeur du désert enveloppa notre cabine.
La violence de l'accident fut énorme. Mon ex-femme et moi étions situés dans une cabine avec un grand lit d'un coté, et une table de l'autre. Nous étions allongés lors du déraillement, et l'atterrissage sur le coté nous propulsa contre la fenêtre et la table.



Mon premier réflexe fut de m'assurer que je n'était pas blessé, et dans le noir et la poussière je passais mes mains sur mon corps en quelques secondes. Ayant atterrît sur le coté de la table, mes cotes étais un peu douloureuses mais sans plus. 
Les gémissements commençaient a percer l'air.
N'ayant subit aucune blessures apparentes, je tournais mon attention sur mon ex-femme. Elle se trouvait juste devant moi, et je savais tout de suite que sa situation était complètement différente de la mienne de part son comportement.
Passant ma main sur sa tête et son visage, tout était mouillé et je savais qu'elle perdait énormément de sang.

La cabine dans le noir et sur le coté me demanda un effort d'orientation intense. Mon seul point de repère était la lune, qui scintillait comme un phare au travers de la fenêtre opposée, et maintenant hors de portée sans une certaine escalade. Ma préoccupation première et donc ma priorité était de sortir par peur d'un incendie.
Je demandais a "L" de s'habiller du mieux possible pour l'occuper, pendant que j'escaladais pour atteindre la fenêtre.
Ayant a mon arrivé dans la cabine lu attentivement la notice inscrite sur la fenêtre, je savais que je n'avais qu'a tirer sur une petite poignée pour que la fenêtre s'ouvre. Ce qu'ils ne disaient pas sur la notice était que la fenêtre n'est pas sur charnière, et comme le wagon était sur le coté, la fenêtre énorme nous tomba dessus.

J'attrapais L par les mains pour la sortir de la cabine, et je l'allongeais sur le wagon. Son visage maintenant exposé a la lumière de la lune était couvert de sang. Je suis redescendu 1 ou 2 fois dans la cabine pour récupérer le matelas et les draps pour improviser des compresses et une méthodes de restrictions de ses mouvements au cas ou ses blessures s'étendaient a sa colonne vertébrale et son cerveau.

Apres m'être assuré de la stabilité psychologique de L, je levais enfin les yeux pour m'apercevoir de l'amplitude de la situation. Des cris venaient de partout. Un employé d'Amtrak essayais d'ouvrir une porte sur le coté du train, qui était maintenant le toit. Je m'approchais et je l'aidais a ouvrir la petite porte tout en gardant un oeil sur L.

La porte cédait finalement, et quelques outils se trouvaient la, notamment une masse.
Je la prenais et commençais de briser certaines vitres pour pouvoir atteindre certaines personnes dans le besoin.
Entre venir en aide aux personnes prisonnières et tendre aux besoins de L, 1 heure s'écoulait en quelques secondes…et le premier hélicoptère atterrissait.
Je restais avec L, qui maintenant était de plus en plus mal. Elle avalait énormément de sang, et devenait de moins en moins réactive.

Apres une évaluation et un triage rapide, le docteur décidait que L serait la première a partir.
Nous étions a plus de 50 km de Phoenix, la capitale de l'Arizona.
Apres avoir renforcé le matelas dans lequel j'avais immobilisé L, et avec l'aide de 3 ou 4 personnes pour descendre du toit du train, nous étions dans l'hélicoptère.
Le personnel médical commençait de stabiliser L, quand l'hélicoptère fut un bruit d'alarme. Apres un atterrissage d'urgence en plein désert, le pilote s'aperçut qu'un bout de bande élastoplast était resté coincé dans la porte arrière et menaçait le bon fonctionnement du rotor de queue.

Nous atterrissions enfin a Phoenix, ou L passa plus d'une semaine en traitement intensif, et reçu plusieurs chirurgies, notamment pour son oeil gauche et sa mâchoire. En tout, 16 fractures au visage.

78 personnes ont été blessées, dont 12 gravement…
Mitchell Bates, décéda instantanément dans la cabine d'a coté.

Ce scénario est sans aucun doute exceptionnel…mais il reste un exemple parmi des milliers de ces moments ou nous nous retrouvons confrontés en un instant a une situation de survie.
Se sentir impuissant face a une telle situation n'est pas pour moi une option, même si le seul geste possible est une voix rassurante, et je pense qu'en tant que citoyen, en tant qu'être, il est important de venir en aide a ceux qui sont dans une situation d'urgence.

C'est dans cet esprit que mon kit de voiture prend ses sources, mais aussi dans l'anticipation de nous voir bloqués ou subir une situation plus ou moins difficile.

- Cartes / GPS / Lumière.
Pouvoir s'orienter en voiture me semble indispensable. Même si le GPS est aujourd'hui une méthode répandue, il reste dépendant d'une source d'énergie, et du bon fonctionnement de l'appareil. Tout comme avec l'EDC, les cartes sont routières, et topographiques…couvrant la région et le pays tout entier.
Pour la lumière, une maglite et une frontale sont un minimum…mais j'ai aussi rajouté quelques "glowstick" ou cyalume.





- Extincteur.
Le feu est un risque élevé quand aux moyens de transports…surtout en cas d'accident. Un petit extincteur spécialisé est ici essentiel.




- Couteau de sauvetage.
Ce couteau est spécialement construit pour les pompiers et autres services d'urgences. Sa fonction est de couper les ceintures de sécurités et de briser les vitres. Il reste accessible en permanence par le conducteur et le passager. 





- Outils.
Les outils sont variés, et tendent a la résolution de certaines tensions en rapport a la voiture.
*Marteau.
*Pied de biche plat.
*Hache.
*Scie Pliante.
*Pinces.
*Couteau Mora.
*Pince multi-fonction.
*Pèle pliante.
*Jeu de douilles et tournevis.
*Duct tape.
*Ensemble de câbles de démarrage et de remorquage.
*Piles AA et AAA.






- Tarpauline.
La tarp est un de ces objet d'une polyvalence interminable. De la fabrication d'un abri au transport d'une victime, la tarp est aussi essentielle.




- Corde.
Une corde solide et assez longue (10/20 m) est une nécessité. Que ce soit pour atteindre une victime, ou attacher quelque chose, la corde est un outil indispensable au kit de la voiture.




- Eau.
Je transporte toujours 4 litres d'eau et une gourde.




- Couverture.
Une couverture est synonyme de réconfort, mais elle peut aussi servir a des taches variées qui s'alignent au secourisme.




- Radio d'urgence.
Cette radio dynamo est beaucoup trop lourde et importante pour le BOB, mais elle est parfaite pour la voiture. Elle capte AM/FM/TV et aussi une chaine dédiée a la météo.




- MRE.
2 MREs sont toujours dans mon coffre…je les fait tournées une fois par ans.




- 2 K-way.
Le temps dans mes montagnes tourne aussi vite qu'on a le temps de dire aie.
Devoir changer un pneu sous la pluie quand il fait froid devient vite une situation pénible.




- Ficelle/Bungee et autre.
Pouvoir attacher, réparer et sécuriser les objets est une sphère importante du véhicule.




- Protection et premier soins.
*Parapluie.
*Sacs poubelle.
*PQ.
*Masques respiratoires ou anti-poussière.
*Gants de travail.
*Tampons hygiéniques.
*Mouchoirs en papier.
*Serviettes désinfectantes.
*Kit de premiers soins.

Le kit de premiers soins est ici assez complet. Puisque je ferais un article sur ce sujet d'ici peu de temps, je laisse donc un grand vide pour le moment.
Principalement, ce kit répond au traitement de blessures légère, mais il a aussi quelques possibilités plus poussées quand au traitement de l'hémorragie externe a la suite de blessures graves par exemple.















5 commentaires:

  1. hier mon pot d'echapement c'est décroché et il trainait par terre, heureusement j'avais du fil de fer pour le remettre ce qui m'a permis de continuer ma route, avec la corde je n'aurais pas pu...
    continuez le blog c'est super
    Laruche

    RépondreSupprimer
  2. Salut Vol. j'ai légèrement modifié mon kit voiture en lisant ton article.
    Cependant j'ai placé le mien dans un sac à dos à ouverture large et multiples poches, à la place de la caisse que tu utilises.
    Que penses tu du rangement dans un sac dans ce contexte?
    Il me paraît pertinent de pouvoir transporter son matériel dans une situation où on doit quitter son véhicule en urgence (type incendie de ce dernier dans une zone isolée).
    Adrien

    RépondreSupprimer
  3. Attention au couteau brise-vitre dans l'accoudoir en cas de tonneaux... !

    RépondreSupprimer
  4. Oùla! C'est du gros TUV (trousse utile de voiture :) ) ça!
    Quel type de voiture as-tu?


    Encore une fois, je suis content, j'ai aussi pas mal de truc utile dans ma voiture, mais à l'aulne de cet article, je vais rajouter quelques petites choses.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, je n'ai pas encore vu si tu avais mis a jour ce kit mais penses tu qu'un bidon d'essence a sa place dans ce kit ? Et merci bien pour ton blog.

    RépondreSupprimer