jeudi 22 janvier 2015

Protocole HPL


Le protocole HPL germe d'un constat d'inexistence de tests basés sur une méthodologie réaliste, c'est-à-dire de réaliser des tests se rapportant à une utilisation rationnelle du couteau et non comme un marteau, une pelle ou un pied de biche.

Ce protocole est issu d’une collaboration entre Eric Haffray, Philippe Pérotti et Tony Lopes.

Chaque couteau est testé selon un protocole identique et inclus:

- Coupe de différents matériaux avec des duretés et compositions représentatives de notre environnement tels que la corde, le bois, la tôle, le carton et le papier.
- Reproduction de gestes proposant des angles de coupe du quotidien.
- Practicité de l'étuis.
- Durabilité et qualité des matériaux.



Chaque couteau est évalué selon une grille de note. Cette systématisation des méthodes et matériaux employés assure une réelle analyse comparative objective des couteaux testés et de leurs capacités.

Chaque mois Tony test un nouveau couteau sur son siteCette expérience est réalisable grâce au sponsor d'une coutellerie de référence en France: Armes Bastille (Baptiste & Isidore).


Le couteau du mois: EKINOX






TESTS



vendredi 16 janvier 2015

Construire Sa Maison



Il vaudrait la peine de construire avec plus encore de mûre réflexion que je ne fis, en se demandant, par exemple, où une porte, une fenêtre, une cave, un galetas, trouvent leur base dans la nature de l’homme, et peut-être n’élevant jamais d’édifice, qu’on ne lui ait trouvé une meilleure raison d’être que nos besoins temporels mêmes. 

Il y a chez l’homme qui construit sa propre maison un peu de cet esprit d’à-propos que l’on trouve chez l’oiseau qui construit son propre nid. Si les hommes construisaient de leurs propres mains leurs demeures, et se procuraient la nourriture pour eux-mêmes comme pour leur famille, simplement et honnêtement, qui sait si la faculté poétique ne se développerait pas universellement, tout comme les oiseaux universellement chantent lorsqu’ils s’y trouvent invités ? Mais, hélas ! nous agissons à la ressemblance de l’étourneau et du coucou, qui pondent leurs œufs dans des nids que d’autres oiseaux ont bâtis, et qui n’encouragent nul voyageur avec leur caquet inharmonieux. Abandonnerons-nous donc toujours le plaisir de la construction au charpentier ? À quoi se réduit l’architecture dans l’expérience de la masse des hommes ? 

Je n’ai jamais, au cours de mes promenades, rencontré un seul homme livré à l’occupation si simple et si naturelle qui consiste à construire sa maison. Nous dépendons de la communauté. Ce n’est pas le tailleur seul qui est la neuvième partie d’un homme ; c’est aussi le prédicateur, le marchand, le fermier. Où doit aboutir cette division du travail ? et quel objet finalement sert-elle ? Sans doute autrui peut-il aussi penser pour moi ; mais il n’est pas à souhaiter pour cela qu’il le fasse à l’exclusion de mon action de penser pour moi-même.

- Henry David Thoreau
- Walden ou la vie dans les bois