lundi 25 août 2014

Une Introduction a la Pharmacie Familiale



Pour continuer d'alimenter la réflexion résiliante et la base de données autonomistes qu'est ce blog, j'ai fait appel a un infirmier pour qu'il nous parle de sa vision de la pharmacie familiale, et plus particulièrement des médicaments qu'il considère important de posséder dans le cadre d'une rupture ou d'un effondrement de la normalité.

Merci a lui.




Infirmier depuis 7 ans dans un des plus gros services d'accueil des urgences de France (70 000 patients / an), diplômé universitaire infirmier en Médecine d'Urgence et en Médecine de Catastrophe, je ne suis pas un Survivaliste, loin de la, mais un quidam tombé par hasard sur ce blog, la tête remplie de préjugés: types barbues, paramilitaires et paranoïaques enfermés dans un bunker attendant patiemment la fin du monde pour pouvoir enfin dire "j'avais raison !". Un cliché, véhiculé par les quelques médias s'intéressant de loin au phénomène pour combler leur édito du lendemain.



Puis j'ai parcouru le blog. Par curiosité d'abord, puis rapidement par admiration pour ce courant de réflexion, et du sens aiguë de l'anticipation requit pour s'y tenir. 
Rapidement, on se met a se placer soit même au centre de ce "Conditionnel Futur", regardant derrière lui son chez soi, en se posant la question : "et si ça m'arrivait un jour ?".

J'invite le futur lecteur qui tombera par hasard sur ce blog, comme moi, a laisser ses aprioris de coté et se laisser porter par le flot de pensées induites par les différents articles, a se poser lui aussi la question..."et moi, ou en suis-je ?".
Je ne parle pas de catastrophes mondiales ou interplanétaires, non, je parle simplement de la coupure d'eau et d'électricité pendant quelques jours, ou la petite catastrophe naturelle annuelle. Combien d'entre nous aurait de quoi y faire face ?







Il apparait clairement que nous sommes comme ces poulets en batterie, bien sagement rangés dans nos appartements, nourris au grain par les supermarchés, dépendant de tout, dépendant de tous.

Energie, eau, nourriture, sécurité, nous sommes même dépendant de nos toilettes et de nos poubelles !...Nous pensons être libre, nous pensons avoir le choix mais finalement, on se rend vite compte que nous sommes simplement tous branchés a un cordon ombilical fragile nous reliant a notre société...et pour prendre une métaphore un peu glauque, si maman meurt...bébé meurt...



On pourra me dire "alors? Après la lecture de ce blog, es-tu prêt a toutes éventualités ? Es-tu Autonome et indépendant ?".
Non, je n'ai pas acheté de couteau de survie, non je n'ai pas investi dans une bâche bleu (fort pratique) ou un réchaud a gaz. Non, la transformation ne peut pas être radicale, du moins chez moi, mais la prochaine fois que vous irez faire vos courses...vous achèterez peut être ces bougies en promo, quelques conserves en plus ou cette lampe de poche. Vous ferez peut être, comme moi, une trousse de soins digne de ce nom ou garderez un briquet dans un coin de vos tiroirs en vous disant simplement "au cas ou". 

Si vous faite ça, si vous vous posez la question, c'est qu'une petite part de Survivalisme s'est accrochée a vous.




Je pense que l'on peut adapter sa pharmacie selon quelques critères simples en se posant les bonnes questions:

- A qui s'adresse cette pharmacie: enfants ? Adultes ? Personnes âgés ? Pathologies connues ? 
Que vous soyez seul, en couple ou en famille, n'oubliez pas que chaque personne, en fonction de son état de santé et/ou de son âge, aura des besoins et des problèmes parfois spécifiques.

- Quels sont les risques les plus probables auxquels je vais être confronté ? Leur fréquence ? il est évident que nous avons plus de chance de se casser une cheville ou d'attraper un rhume, que de se faire transpercer par une lance. 

- Quels sont les risques plus spécifiques a certaines situation dégradées ?

- Quel est mon environnement ? La nature de la pharmacie dépend du lieu d'habitat: foret, jungle, montagne, urbain ect. On ne possédera pas exactement la même pharmacie que l'on vive dans une grande ville d'Afrique sub saharienne, en milieu rural trans sibérien ou a Paris.




Ma pharmacie permet de traiter énormément de petits bobos, et beaucoup moins les traumatologie graves. 

Il faut garder en tête que certaines pathologies, qui, si elles ne sont pas traitées par une équipe médicale dotée de moyens importants ou par des gens possédants des compétences spécifiques, entraineront inévitablement votre mort.

Je souligne ce fait car en lisant divers commentaires ici et la, j'ai pu constater que certains ont une image biaisée de la médecine de guerre et/ou de catastrophe, souvent véhiculée par le cinema ou la télé. 
Car non, on ne peut pas guérir d'une balle de .45 dans le ventre avec un bout de fil, un multitool et une bouteille de whisky !
Non, on ne retire pas un bout de métal d'une cuisse en s'imaginant que cela va se guérir tout seul avec un bout de DuctTape.





A titre personnel, en cas de rupture ou d'effondrement de la normalité, une simple bronchite me préoccupera bien plus qu'une jambe cassé.
Sur la même ligne, les menaces majeurs de type NRBC, a moins de posséder un bunker ultra équipé, tout ne sera qu'une question de temps avant que la mort vienne vous chercher...inutile d'encombrer votre pharmacie avec des produits ultra spécifiques, ultra chers, ultra complexes….et ultra difficile a se procurer. 

Il faut rester simple et humble face a nos limites.



La question du volume se pose aussi. Une pharmacie oui, mais pour quelle durée d'autonomie ?
Avec une pharmacie bien remplie, au vu du faible volume des médicaments et hors pathologies infectieuses, celle-ci peut être capable de fournir une autonomie conséquente. La notion d'autonomie est donc directement liée aux quantités stockées.

En ce qui concerne les médicaments, la question du mode d'administration peut se poser et nécessitera, dans les cas les plus graves, de savoir les passer en intraveineux.



Pour composer sa pharmacie, il faut avoir un raisonnement finalement très pragmatique, et concentrer nos efforts sur des médicaments pouvant réellement, dans un contexte d'effondrement, faire toute la différence et sauver des vies.

1- Les Antibiotiques.




Les antibiotiques devraient être stockés en quantités importantes. Par exemple, une cure d'amoxicilline peut durer de 7 a 10 jours. 
L'amoxicilline est l'antibiotique le plus couramment utilisé, notamment chez les enfants, car elle présente une bonne absorption par voie orale, un spectre d'action antimicrobien large et un coût faible.
L'amoxicilline fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (Voir la liste complète ici). 


2- Antihistaminiques + corticoide + Adrénaline auto-injectable.




En cas de réaction allergique et plus précisément de choc anaphylactique, la base est ici l'adrénaline auto-injectable, utilisé pour injecter une dose d'epinéphrine pour éviter le choc anaphylactique. Les noms commerciaux de ces injecteurs sont EpiPen, Anapen et Twinject.

Pour le reste, il faut certaines compétences et techniques avec poses de perfusion et adrénaline IV ect, ce qui devient vite compliqué pour des gens sans aucune formation médicale.


3- Bronchodilatateur type Ventoline:




En cas de crise d'asthme (entre autre).


Voila les seuls médicaments INDISPENSABLES PER OS que j'intégrerai a ma pharmacie familiale.


Apres...on trouvera toute la panoplie suivante, toujours PER OS:

4- Antalgique vrai:  
           
- Paracetamol ( antipyrétique aussi).
- Tramadol.
- Codeine.
- Nefopam / Nubain.

A noter : le cannabis est un excellent anti-douleur et facile a faire pousser (toujours dans notre contexte d'effondrement de la normalité).


5- Anti-Inflammatoire: 

Attention a ne pas prendre ces médicaments n'importe comment car ils peuvent faire "flamber" une infection. A préconiser dans les douleurs rhumatho/ortho (fracture par exemple) et indispensable dans les coliques néphrétiques.


6- Anti-Spasmodique / Anti-emetique / Anti-meteorisme / Levure / IPP (anti-acide): 

Pour les douleurs abdominales, les gastro-entérites, les "touristas" des eaux polluées. (Ne pas oublié hydratation +++ et antipyrétique si besoin - attention aux anti-diarrhéiques).


7- Anxiolitique / hypnotique: 

Il ne faut pas sous estimer l'importance d'un sommeil de qualité, peu importe l'endroit ou les circonstances. Stilnox (Zolpidem) car inducteur de sommeil ( reste 2h dans le sang ), Atarax (hydroxyzine) car anxiolytique ET antihistaminiques ou encore Xanax, Lexomil et Seresta…peuvent jouer un rôle important dans notre contexte d'effondrement.

A noter, pour pousser la réflexion plus loin, les techniques de sommeil avancé utilisées par l'armée et les navigateurs en solitaire.


8- Aspirine Dosée a 500mg:

En cas de douleur a la poitrine chez une personne a risque cardiaque.


Voila c'est a peu prêt tout ce que je conseil pour un quidam sans formation médicale et PerOs en sachant qu'il serai judicieux, en plus des médicaments, de posséder des bases en premiers soins, et un résumé de cette liste avec, en bref, les posologie (pédiatrique aussi), les indications et les contres indications, le tout sur un support plastifié accroché a la pharmacie.




Je profite de l'espace d'expression qui m'est offert (merci vol) pour faire une petite parenthèse concernant les masques de protections, qui devraient, eux aussi, intégrer nos pharmacies.




Nous distinguons 3 types de masque FFP (Filtering Facepiece Particles, pièce faciale filtrante contre les particules), correspondant a 3 niveaux de protections:

1- Le masque FFP1:




Il s'agit du masque le moins filtrant des trois.

Pourcentage de filtration d'aérosols : 70 % au minimum.
Pourcentage de fuite vers l'intérieur : 22 % au maximum.

Ce masque est principalement utilisé comme masque anti-poussières (très efficace pour le bricolage ou travaux divers). Les poussières peuvent en effet causer des maladies pulmonaires, telles que la silicose, l'anthracose et la sidérose (plus particulièrement les poussières de charbon, silice, minerais de fer, zinc, aluminium ou encore le ciment).

2- Le masque FFP2:




Pourcentage de filtration d'aérosols : 94 % au minimum.
Pourcentage de fuite vers l'intérieur : 8 % au maximum.

Ce masque permet une protection dans divers domaines tels que l'industrie du verre, la fonderie, le bâtiment, l'industrie pharmaceutique et l'agriculture. Il arrête en effet les substances chimiques en poudre. Ce masque peut aussi servir de protection contre les virus grippaux comme la grippe aviaire, la grippe A (H1N1) ou le SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère). Il protège également de la tuberculose.

3- Le masque FFP3: 




Pourcentage de filtration d'aérosols : 99 % au minimum.
Pourcentage de fuite vers l'intérieur : 2 % au maximum.

Le masque FFP3 est le plus filtrant des masques FFP. Il protège des très fines particules comme l'amiante par exemple.


Avec ou sans soupape ?



L'utilisation d'une soupape doit être vue comme un élément de confort pour la respiration. Grâce à l'expiration facilitée par la soupape, l'humidité qu'elle contient se condense moins dans le masque et risque moins de se déposer dans le filtre, qui devient moins perméable et désagréable à porter. 

Néanmoins, son ajout comporte le risque de mal fonctionnement donc un risque d'infiltration du virus ou de poussières toxiques. Si les avantages et les désavantages des soupapes s'équilibrent à peu près pour les masques FFP1 et FFP2, la durée d'utilisation doit également être prise en compte. Pour les FFP3, l'utilisation d'une soupape est préférable, puisque doté de couches filtrantes très épaisses, ce qui rend la respiration plus difficile. C'est pourquoi la majorité de ces masques est proposée avec une soupape intégrée.  


Pour finir, j'ai envie de conclure par la célèbre maxime "mieux vaut prévenir que guérir". Désinfecter une plaie pour ne pas qu'elle s'infecte, décontaminer correctement l'eau pour ne pas avoir la chiasse, posséder un minimum de solutions familiales pour ne pas dépendre d'un service de santé fragile et parfois incapable de pleinement fonctionner…



Pourquoi ? Car je confirme qu'en cas de force majeur, je serai le premier a abandonner mon poste pour aller m'occuper de ma famille, et il en va de même pour une grande partie des médecins, infirmiers, pompiers, gendarmes, policiers...vous, vous resteriez au bureau a finir vos dossiers si vous saviez votre famille en danger ? A méditer...